QUEL BATEAU DE COURSE OBTIENT LE MEILLEUR RAPPORT VITESSE PRIX?




La course au large ne fait que prendre de l’ampleur et plusieurs classes de bateaux connaissent une envolée jamais connue auparavant.


La Classe IMOC récolte les fruits de la neuvième édition du Vendée Globe, la Mini Transat, épreuve phare de la Classe Mini, comptera 40 bateaux de plus au départ qu’en 2019, et la Class40 explose avec de nouvelles constructions annoncées presque chaque semaine. Aussi, cette année, une cinquantaine d’équipages s’aligneront sur le départ de la Transat Jacques Vabre en novembre, un record !


Les résultats récents des Class40 prouvent à quel point le plateau est compétitif sur l’eau, chaque skipper poussant son bateau plus fort et plus vite que jamais.


En juillet dernier, seulement trois minutes et quatorze secondes séparaient le premier du deuxième concurrent à l’arrivée de la course Les Sables – Horta (2 540 milles). Plus impressionnant encore, Ian Lipinski, double vainqueur de la Mini Transat, et son co-skipper Ambrogio Beccaria, ont à nouveau pulvérisé le record de distance sur 24 heures à bord du Class40 Crédit Mutuel, avec 428,82 miles parcourus à une vitesse moyenne de 17,9 nœuds.


Bien que les IMOCA et les Ultim affichent toujours des vitesses plus élevées et établissent des records de distance sur 24 heures supérieures à ce que peuvent faire d’autres classes, nous pouvons constater que le développement et l'innovation constants des Class40 commencent à réduire l’écart.


Aujourd’hui, l’accessibilité financière d'un Class40 neuf justifie sans doute les 170 bateaux certifiés sur l’eau aujourd’hui. Comparé à la Classe IMOCA qui compte 35 bateaux ou aux Ultim qui sont huit, nous pouvons dire que le développement de notre classe se porte bien.


Cela nous a donc fait réfléchir. Dans la plupart des sports de compétition, notamment en Formule 1 et en course au large, les meilleures performances sont généralement établies par les équipes aux plus gros budgets. Mais dans notre cas, quel bateau obtient le meilleur rapport poids / vitesse ?


Pour y répondre, nous avons passer au crible l’ensemble des bateaux en mesure de participer à la Transat Jacques Vabre, à la Route du Rhum et à une course autour du monde (The Race Around, Vendée Globe ou Ultim RTW).


Les résultats ? On vous laisse voir cela ci-dessous…


Le Trimaran MACIF, récemment passé entre les mains d’Actual Leader, dont le coût de construction est estimé à 15 millions d’euros, atteint des vitesses extraordinaires sur l’eau. Or, avec une vitesse moyenne de trente noeuds en course, le rapport euros / vitesse a un prix, 500 000 euros par noeud pour être exact. De même, l’IMOCA HUGO BOSS skippé par Alex Thomson, qui avait coûté au total 6 millions d’euros, a réalisé des prouesses incroyables depuis sa mise à l’eau en 2015.

Sur la dernière édition de la course Les Sables - Horta, nous avons pu voir, notamment grâce aux exploits de Ian Lipinski, à quel point les monocoques de 40 pieds étaient à la fois rapides et financièrement viables. En effet, avec un coût total de fabrication de 700 000 euros, nous pouvons estimé le coût par noeud à 40 000 euros.

Vous en aurez pour votre argent !





OUR PARTNERS

The Race Around - Uncommon Group.png
The Race Around - GS4C.png
Ocean Bottle_edited.png
World Sailing_edited.png
The Race Around - Connecting Talents.png