Search
  • Emmanuel Versace

Le Vendée Globe vu par les skippers Class40 n°1 : Favoris et coup de cœur avant le départ



Parmi les 33 skippers au départ du Vendée Globe 2020, 18 d’entre eux ont fait un passage par les Class40. Comme quoi les légendes ne naissent pas toutes au même endroit… Tout au long de cette 9e édition du VG, cinq skippers Class40 — Louis Duc, Aurélien Ducroz, Axel Tréhin, Ian Lipinski et Morgane Ursault-Poupon — vont livrer à The Race Around leur analyse de la course.


Pour ce premier billet de ce carnet de bord participatif, quatre d’entre eux nous livrent leur ressenti sur leurs favoris, les forces en jeu et leurs coups de cœur quelques heures avant le grand départ.

Morgane Ursault-Poupon: "Prudence, compromis entre vitesse, stratégie et préservation du bateau et du matériel  pour aller jusqu’au bout"


Les trois foilers que j’aimerais voir sur le podium sont Alex Thomson (Hugo Boss) qui s’est bien battu dans la dernière édition contre Armel Le Cléac’h. Sam Davies (Initiatives Cœur), pour sa 3e participation, mérite de faire un podium. Et enfin Kevin Escoffier, qui même s’il a un bateau pas de dernière génération est un excellent marin. Ces deux derniers bateaux ont un gage de qualité et résistance par rapport à des bateaux comme Occitance en Provence d’Armel Tripon. Ces derniers foilers vont devoir s’adapter à des conditions extrêmes en prenant des ris, en mettant un minimum de toile voire sans voile d’avant parfois. Ce sera leur gros challenge.


Je n’aime pas trop le terme « outsider » mais j’aimerais bien voir quelques uns faire une belle course. Je pense à Manuel Cousin (Sétin) qui m’a vendu son Class40. J’ai fait le convoyage retour avec la Mie Câline en 2019. Je connais son courage, son dur au mal. Il fait partie de ses skippers sans trop de moyens financier et humain. J’espère vraiment qu’il arrivera au bout. Isabelle Joschke (MACSF) a un bateau très puissant qu’elle a appris à maitriser récemment. Je compte sur sa prudence, ses compromis entre vitesse, stratégie et préservation du bateau et du matériel  pour aller jusqu’au bout. En dérive droite, Clarisse Crémer (Banque Populaire) a très peu d’expérience en Imoca mais j’espère qu’elle va doser entre la prise de risque et la prudence.


Louis Duc : "Samantha Davies (Initiatives Cœur) peut avoir ses chances"


D’habitude, je n’aime pas trop donner d’ordre gagnant aux courses, notamment celle-ci, parce que forcément elle va se jouer à la casse et je le souhaite à personne. Maintenant, on sait qu’il a 4-5 skippers qui ont de supers bateaux au départ de cette course. Je pense à Jérémie Beyou (Charal), Alex Thomson (Hugo Boss), Charlie Dalin (Apivia), Armel Tripon (L’Occitane en Provence) et Thomas Ruyant (Linked Out) pour qui j’ai un peu plus de proximité et forcément plus envie de le voir faire de belles choses. Après, sur une course aussi longue que le Vendée Globe, Samantha Davies (Initiatives Cœur) peut avoir ses chances.  


Aurélien Ducroz : "Thomas Ruyant dégage une telle énergie"


Même si les favoris sont les bateaux neufs, on n’a pas toutes les infos. Nicolas Troussel (Corum) ou Sébastien Simon (Arkea-Paprec) sont deux bateaux qu’on n’a pas beaucoup vu naviguer. On a Jérémie Beyou (Charal) qui a une machine incroyable. Et la grosse inconnue reste Alex Thomson. Mais il reste mon favori parce qu’il a une expérience de dingue et qu’il est un peu fou dans son approche mais dans le bon sens du terme ! Je mettrai bien aussi un petit billet sur Thomas Ruyant parce qu’il a une belle expérience. Comme Jérémie ou Charlin [Dalin], il sait gagner. Je ne sais pas comment l’expliquer mais il dégage une telle énergie, il a l’air tellement heureux sur l’eau et une telle envie que je le vois aller assez loin.


Chez les outsiders, je vois bien Armel Tripon. Il a un bateau qui a l’air beaucoup plus simple à manœuvrer et très rapide. Lui aussi part avec un bel enthousiasme. Avec tout ce qu’il a osé, ce serait bien que ça paie. Il faudra aussi se méfier de Samantha Davies. Encore une fois, comme pour Armel et Thomas, son enthousiasme va la porter. Sur une course aussi longue, ça peut faire la différence.


Chez les dérives droites, je souhaite toute la réussite à Maxime Sorel (V and B-MAYENNE) qui a très bien réussi son passage en Imoca. Il mène son projet très proprement et ça transpire l’envie encore une fois. Il y a toujours Jean Le Cam qui va faire le parcours parfait mais j’ai envie de croire en Max. Et aussi ça ferait du bien à l’histoire à son bateau qui était le bateau de Kito et de Thomas Ruyant quand même !



Axel Tréhin : "Hugo Boss, Arkea-Paprec et l’Occitane en Provence ont des conceptions de foils auxquels je crois beaucoup"


D’un point de vue purement technique, mon Top 3 pour les foilers sont Hugo Boss, Arkea-Paprec (Sébastion Simon) et l’Occitane en Provence. Ils ont des conceptions de foils auxquels je crois beaucoup. Maintenant, on voit qu’il y a des projets qui ont fait une grosse préparation et qui sont les plus crédibles à la victoire. On pense notamment à Apivia et Charal qui ont beaucoup navigué sans problèmes majeurs, en tout cas qui ne se sont pas vus de l’extérieur. On a aussi Kevin Escoffier (PRB) qui est très bon techniquement mais même s’il a un très bon bateau de base il est juste en-dessous des autres foilers de dernière génération. Chez les dérives droites, Jean Le Cam (Yes We Cam !) a beaucoup travaillé sur son bateau qui était déjà un bon bateau. Maxime Sorel et Clarisse Crémer (Banque Populaire) sont les autres favoris.


Written by Emmanuel Versace



Main Image: © François Van Malleghem

Picture 1: © Pierre Bouras / TR Racing

Picture 2: © Maxime Horlaville / Apivia

Picture 3: © Alex Thomson Racing

Picture 4: © Initiatives Coeur / Yann Riou

71 views
  • LinkedIn
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram